Au fil des rounds – l’actualité de la boxe

Le blogue de Richard Cloutier : www.monsieurboxerichardcloutier.com


Publié le 30 janvier 2017

Steven Butler s’est fait stopper au septième round par Brandon Cook, samedi au Centre Bell.

©Photo : gracieuseté Robert Lévesque

Billet 134, semaine du 30 janvier 2017

Le Montréalais Steven Butler (18-1-1) s’est fait surprendre, samedi au Centre Bell, par l’Ontarien Brandon Cook (18-0-0) qui l’a emporté par TKO au septième round. Cook est ainsi parvenu à unifier les titres IBF et WBA nord-américains. C’est l’arbitre Marlon B. Wright qui a mis un terme au duel à la suite d’une chute de Butler. Celui-ci n’était visiblement pas en mesure de poursuivre l’affrontement et bien qu’il ne restait que quelques secondes au round, et que Butler aurait alors bénéficié d’une minute de repos, Wright a jugé que ce répit serait insuffisant.

Butler a immédiatement réclamé un combat revanche, mais son promoteur, Camille Estephan, le président de la firme Eye of the Tiger Management, a été clair sur la question : « Certainement pas tout de suite. Je veux que Steven apprenne avant, a cité La Presse Canadienne. On a pris un challenge pour Steven, pour lequel on pensait qu'il était prêt. Il va falloir qu'on regarde tous ensemble ce qui s'est passé. Ça avait l'air d'être un manque d'énergie. Il boxait bien. Il a été capable de faire mal à Cook en plusieurs occasions. Mais Cook, c'est quand même un cinquième au monde. On le savait. » Camille Estephan croit que le parcours de boxeurs tels que Bermane Stiverne et David Lemieux, qui ont aussi dû faire face à d’importants défis avant de devenir champion du monde, saura inspirer Steven Butler. Il devra prendre un pas de recul avant d’espérer reprendre sa place dans l’antichambre de l’élite où il s’était hissé.

Le boxeur et entraîneur Renan St-Juste, dans son plus récent billet d’humeur diffusé sur Facebook, résume à mon avis assez bien la situation. « Hier, c’était un jeune de 21 ans qui se retrouvait pour la première fois devant un obstacle, car même chez les amateurs, il a presque toujours été une coche plus haute que les autres au niveau talent. Mais son manque de compétition en boxe amateur, après avoir passé beaucoup trop jeune chez les professionnels (à mon avis) a été flagrant hier soir. On le voyait regarder dans son coin comme pour chercher l'aide de ses hommes de coin quand Cook le frappait au corps à répétition. Sauf que quand la cloche sonne, plus personne ne peux plus rien pour toi ».

La défaite de Butler a entraîné des débordements inexcusables. Outre des bagarres impliquant de nombreuses personnes aux abords du ring, rappelons que Brandon Cook a été atteint par un sceau à glace lancé sur le ring et quelques spectateurs ont également été blessés par des projectiles. Le service de police est intervenu et deux arrestations ont été effectuées, selon les informations disponibles. On ne peut que dénoncer cette situation, d’autant plus que les quelques 5500 spectateurs présents avaient jusque-là assisté à une soirée fort intéressantes.   

Dans le principal combat de soutien, chez les poids lourds, l’Olympien Simon Kean (8-0-0) a défait l’Américain Avery Gibson (8-6-4) par décision unanime des juges. Selon différentes sources, il n’est pas impossible que Simon Kean boxe en sous-carte du duel qui opposera David Lemieux (36-3-0) à Curtis Stevens (29-5-0) le samedi 11 mars prochain au Casino Turning Stone de Verona, dans l’état de New York. À noter que David Théroux n’a pas boxé en raison d’un virus. « On va essayer de me trouver un combat très proche pour ne pas perdre tout ce que j'ai travaillé au cours des derniers mois », a déclaré Théroux au journal Les 2 Rives.

Yves Ulysse Junior (12-0-0) a pour sa part été particulièrement solide face à Jose Emilio Perea (24-8-0), enregistrant la victoire par décision unanime des juges. Le super-léger Mathieu Germain (9-0-0) a lui aussi signé la victoire par décision unanime des juges sur le mexicain Juan Armando Garcia (19-6-2). Il faut aussi souligner les gains du Kazakh super-léger Batyr Jukembayev (8-0-0), de son compatriote Ablaikhan Khussainov (5-0-0), du super-léger montréalais Ayaz Hussain (12-1-0), de même que celle de l’Ontarien Josh O’Reilly (8-1-0).

Le crochet de gauche – l’actu en bref

Le poids lourd de Québec Éric Martel-Bahoeli (11-6-1) affrontera Adam Braidwood (6-1-0) pour le titre mondial de la World Boxing Union (WBU) le 24 février au Centre Vidéotron de Québec, en sous-carte du choc qui opposera le champion WBC d’Argent des mi-lourds Eleider Alvarez (21-0-0) à Lucian Bute (32-3-1) dans un duel éliminatoire final au titre WBC. Éric Martel-Bahoeli, un ancien champion canadien, a disputé un combat pour le titre WBC Francophone en 2016 en France, qu’il a perdu par décision unanime, et il s’est fait stopper par Lucas Brown en 2014 au Royaume-Uni dans le cadre d’un combat comptant pour les couronnes du Commonwealth et WBC Euro-Pacific. Pour sa part, Adam Braidwood, un résident de Victoria en Colombie-Britannique, a évolué de 2006 à 2010 avec les Eskimos d’Edmonton, avant de se lancer dans une courte carrière en boxe amateur et en arts martiaux mixtes (AMM). Lors du même événement, Sébastien Bouchard (14-1-0) de Baie-Saint-Paul, fera face à Gustavo Garibay (13-7-2), qui est l’actuel champion du Mexique et WBC Latino des super-mi-moyens.de même, Francis Lafrenière (14-5-2) défendra son titre IBF International et aura la chance de mettre la main sur le titre NABO des poids moyens en affrontant l’Américain Marcus Willis (17-4-2), un gagnant des Gants dorés de Floride chez les amateurs. Selon Boxrec.com, l’olympien Custio Clayton (10-0-0) serait pour sa part retiré de la carte.

Puisqu’il est question de la carte du 24 février, mentionnons que Lucian Bute a rencontré les médias en compagnie d’Angel Heredia, afin de confirmer que celui-ci avait toujours toute sa confiance et qu’il allait continuer à agir au sein de son équipe à titre de préparateur physique. « Je suis très satisfait de son travail par rapport à la condition physique. À cause de cela, j’ai décidé de continuer avec lui. C’était un accident ce qui s’est passé avec le test de Washington qui était contaminé. On l’a prouvé », a indiqué Lucian Bute, cité par RDS.ca. Rappelons que Lucian Bute a été contrôlé positif à l’ostarine à la suite de son combat contre Badou Jack, disputé le 30 avril à Washington. Il s’est avéré qu’un supplément diététique consommé par Lucian Bute avait été contaminé au laboratoire californien mandaté par Angel Heredia, selon la version présentée par le clan Bute à la commission athlétique du district de Columbia et acceptée par elle. Lucian Bute et la commission athlétique du district de Columbia en sont venus à une entente en novembre dernier, qui a valu à Lucian Bute une suspension de six mois et le versement volontaire d’une contribution de 50 000 $ au programme antidopage du World Boxing Council.

L’International Boxing Federation (IBF) procédera à un appel d’offres le 2 février afin de déterminer qui obtiendra les droits d’organisation du combat éliminatoire IBF des mi-lourds entre le Montréalais Artur Beterbiev (#2 IBF – 11-0-0) et l’Américain d’origine cubaine Sullivan Barrera (#7 IBF – 18-1-0). Cet appel d’offre sera tenu seulement si les partis impliqués, soit le Groupe Yvon Michel Inc (GYM) et Main Events, sont incapables de conclure une entente négociée sur les modalités de la présentation du combat. Les clans des deux boxeurs ont jusqu’au 2 février à midi pour s’entendre à défaut de quoi ils devront déposer leur mise dans le cadre de l’appel d’offres, prévu aux locaux de l’IBF, à Springfield, au New Jersey. Le gagnant de cet appel d’offres obtiendra le privilège de déterminer la date, l’endroit et les télédiffuseurs du combat. Le vainqueur du choc Beterbiev-Barrera deviendra aspirant obligatoire au champion des mi-lourds, l’Américain Andre Ward (31-0-0.), qui aura alors jusqu’en septembre pour l’affronter.

Pour ne rien rater de l’actualité de la boxe au Québec et au Canada, suivez la couverture faite par Richard Cloutier via www.monsieurboxerichardcloutier.com - Journaliste chez TC Media depuis 2011, Richard Cloutier couvre l’actualité de la boxe depuis maintenant 15 ans. Il a signé plusieurs ouvrages portant sur le sujet et est le seul journaliste québécois reconnu par l’Association des chroniqueurs de boxe américains (BWAA).