Sections

«Sans mon fils, je suis toute seule» - sa mère

Noyade de Christian Sando à Saint-Jérôme


Publié le 18 août 2017

Fifi Mbebo Deda Mogo pleure la perte de son seul enfant, noyé récemment dans la rivière du Nord.

©TC Media – Isabelle Houle

Dévastée, la mère de Christian Sando, l’adolescent qui a perdu la vie dans les eaux de la rivière du Nord la semaine passée, ne sait pas comment elle va réussir à traverser cette dure épreuve et si elle va pouvoir dire adieu à son fils correctement.

Christian Sando, 15 ans, s'est noyé la semaine dernière dans la rivière du Nord.
Facebook

Encore confuse sur les événements qui lui ont arraché son enfant, Fifi Mbebo Deda Mogo est inconsolable. Son fils Christian est venu au monde sur la route vers un camp de réfugiés, au Tchad. Né au Congo en pleine guerre, le petit garçon a grandi avec sa mère qui a tout fait pour lui donner une vie décente. Enfin arrivée au Canada en 2013 et ayant obtenu le statut de résidente permanente, cette dame a même trouvé du travail dans une serre de tomates de la région et Christian fréquentait l'école.

Je lui ai dit par téléphone qu'il ne savait pas nager et que je voulais commencer par lui apprendre dans une piscine

Sa mère Fifi

«Je n'ai pas pu aller à l'école longtemps, alors tous les documents à remplir c'est compliqué pour moi, je ne comprends pas tout. C'est Christian qui m'a trouvé du travail par Internet. Il était tout pour moi. Je n'avais que lui. La guerre au Congo nous a séparés de son père et jusqu'à présent, j'ignore où il est. Maintenant, mon enfant est décédé, je ne sais plus du tout où j'en suis», confie-t-elle, entourée de pairs, aussi réfugiés du Congo.

D'ailleurs, les jours suivant la mort de son fils, Mme Fifi recevait chez elle des Congolais provenant de partout au pays. «La coutume veut que lorsqu'une femme perd un enfant, on se mette au sol, jusqu'à ce que l'enfant trouve le repos. On dort, on mange, on fait tout par terre», raconte la tante de la victime.

Demande de soutien

Ce repos, son fils le trouvera ce vendredi, alors qu'il sera exposé dans un salon funéraire de la région. «J'ignore comment je vais payer ses funérailles. C'est plus de 3000 $. J'espère que j'aurai de l'aide. J'ai vraiment besoin que la population de Saint-Jérôme me soutienne. C'est la seule chose que je demande. J'ai des amis, mais ils sont à l'extérieur et finiront par retourner à leurs occupations. Sans mon fils, je suis toute seule. Je dois honorer sa mémoire et être à ses côtés jusqu'à sa nouvelle demeure».

Par ailleurs, l'organisme Le Book Humanitaire de Saint-Jérôme a déjà entamé des démarches pour aider la dame à faire le deuil de son enfant et financer une partie des funérailles.

Décès

Rappelons que la semaine dernière, Christian Sando 15 ans et le compagnon de sa mère sont allés profiter des eaux de la rivière du Nord près de la Rolland. Le jeune homme avait demandé la permission à sa mère pour s'y rendre et celle-ci a refusé. «Je lui ai dit par téléphone qu'il ne savait pas nager et que je voulais commencer par lui apprendre dans une piscine. Je lui ai même donné des tâches ménagères à faire avant mon retour pour l'empêcher d'y aller, mais il ne m'a pas écoutée. En revenant du travail, j'ai appris qu'il s'était noyé».