Les amoureux des Laurentides sont du type "passionné"

Ne sautons pas aux conclusions, prévient la sexologue Élise Bourque

René-Pierre Beaudry rene-pierre.beaudry@tc.tc Publié le 10 février 2016

Élise Bourque a participé à l'élaboration du questionnaire du sondage. Elle apporte toutefois une petite mise en garde quant à l'interprétation de ses résultats

©Photo: gracieuseté

SAINT-VALENTIN. Parmi les quelques centaines d'internautes des Laurentides qui ont répondu à un quiz sur l'amour, 25% seraient "passionnés", 18% "ludiques", 16% du type "amical", 15% "réalistes", 14% "dévoués" et 12% "érotiques".

La sexologue clinicienne Élise Bourque a participé activement à l'élaboration du quiz « Quel type d'amoureux êtes-vous? » qui a été mis de l'avant par les journaux hebdomadaires de TC Media à l'aube de la Saint-Valentin. Elle nous livre quelques impressions.

Ce sondage n'a pas de prétention scientifique. « Il a quand même été préparé avec soin selon la théorie de John Lee sur les "couleurs de l'amour" », nous indique la psychothérapeute.

Le psychologue américain John Allen Lee a étudié l'amour et ses différentes « couleurs », selon un document publié par l'université Laval. Il a décrit trois styles d'attachement amoureux principaux et trois autres plus secondaires. Lee ne prétend pas qu'il n'y ait que six façons de tomber en amour. Tout comme dans la théorie des couleurs, il existe toute une gamme de nuances.

Un signe encourageant

« Dans dix régions du Québec sur 14, on observe que 42% des répondants se sont identifiés du type "amical" », de continuer Mme Bourque qui note que la prédominance du type amoureux serait différente dans deux régions voisines: dans Lanaudière, les amoureux seraient du type "érotique", tandis que dans les Laurentides, le type "passionné" revient le plus souvent.

La sexologue clinicienne estime qu'il ne faut pas sauter aux conclusions: l'échantillonnage des répondants n'a rien de scientifique, insiste-t-elle, avant d'ajouter que

le 42% du type "amical" obtenu dans tout le Québec est une tendance tout de même encourageante.  

Elle y voit un signe d'évolution: auparavant, les couples étaient beaucoup plus polarisés, les différences entre les hommes et les femmes plus marquées. Monsieur rapportait l'argent à la maison, Madame s'occupait des enfants. « Il y avait alors peut-être moins de relations de complicité dans le couple », reprend-elle. « On observe plutôt le contraire de nos jours… Cela ne veut pas dire que ces gens-là (du type "amical") n'accordent pas d'importance à la sexualité, à l'érotisme et à la passion. Ce qu'ils recherchent davantage est une relation à long terme. La passion, nous les thérapeutes savons que ça ne dure pas. »

Et l'érotique? « En général, on est "érotique" dans les premières années, puis… Il y a bien sûr des gens qui sont plus pornographiques, plus crus ou plus de type "génital". Mais plus on a une relation à long terme, plus il y a de complicité et des valeurs communes qui s'installent dans le couple. »

 

En manchette

Les policiers visitent les écoliers

SAINT-JÉRÔME. Dans le cadre d'un projet pilote, deux policiers du Service de police de Saint-Jérôme ont reçu le mandat de rendre visite aux écoliers des écoles primaires de Saint-Jérôme.

La Fondation SElfie redonne à la communauté!

PROJET. La Fondation SElfie (Savoir-être légal, une fondation pour l'intégrité étudiante) a pour mission d'éduquer, conscientiser et informer les jeunes étudiants de leurs droits, devoirs et obligations relativement aux lois qui s'appliquent à leur situation.

Les amoureux des Laurentides sont du type "passionné"

Ne sautons pas aux conclusions, prévient la sexologue Élise Bourque

René-Pierre Beaudry rene-pierre.beaudry@tc.tc Publié le 10 février 2016

Élise Bourque a participé à l'élaboration du questionnaire du sondage. Elle apporte toutefois une petite mise en garde quant à l'interprétation de ses résultats

©Photo: gracieuseté


SAINT-VALENTIN. Parmi les quelques centaines d'internautes des Laurentides qui ont répondu à un quiz sur l'amour, 25% seraient "passionnés", 18% "ludiques", 16% du type "amical", 15% "réalistes", 14% "dévoués" et 12% "érotiques".

La sexologue clinicienne Élise Bourque a participé activement à l'élaboration du quiz « Quel type d'amoureux êtes-vous? » qui a été mis de l'avant par les journaux hebdomadaires de TC Media à l'aube de la Saint-Valentin. Elle nous livre quelques impressions.

Ce sondage n'a pas de prétention scientifique. « Il a quand même été préparé avec soin selon la théorie de John Lee sur les "couleurs de l'amour" », nous indique la psychothérapeute.

Le psychologue américain John Allen Lee a étudié l'amour et ses différentes « couleurs », selon un document publié par l'université Laval. Il a décrit trois styles d'attachement amoureux principaux et trois autres plus secondaires. Lee ne prétend pas qu'il n'y ait que six façons de tomber en amour. Tout comme dans la théorie des couleurs, il existe toute une gamme de nuances.

Un signe encourageant

« Dans dix régions du Québec sur 14, on observe que 42% des répondants se sont identifiés du type "amical" », de continuer Mme Bourque qui note que la prédominance du type amoureux serait différente dans deux régions voisines: dans Lanaudière, les amoureux seraient du type "érotique", tandis que dans les Laurentides, le type "passionné" revient le plus souvent.

La sexologue clinicienne estime qu'il ne faut pas sauter aux conclusions: l'échantillonnage des répondants n'a rien de scientifique, insiste-t-elle, avant d'ajouter que

le 42% du type "amical" obtenu dans tout le Québec est une tendance tout de même encourageante.  

Elle y voit un signe d'évolution: auparavant, les couples étaient beaucoup plus polarisés, les différences entre les hommes et les femmes plus marquées. Monsieur rapportait l'argent à la maison, Madame s'occupait des enfants. « Il y avait alors peut-être moins de relations de complicité dans le couple », reprend-elle. « On observe plutôt le contraire de nos jours… Cela ne veut pas dire que ces gens-là (du type "amical") n'accordent pas d'importance à la sexualité, à l'érotisme et à la passion. Ce qu'ils recherchent davantage est une relation à long terme. La passion, nous les thérapeutes savons que ça ne dure pas. »

Et l'érotique? « En général, on est "érotique" dans les premières années, puis… Il y a bien sûr des gens qui sont plus pornographiques, plus crus ou plus de type "génital". Mais plus on a une relation à long terme, plus il y a de complicité et des valeurs communes qui s'installent dans le couple. »