La Salle André-Prévost commémorée

Publié le 3 avril 2017

Lise Vézina-Prévost, épouse d’André Prévost est émue de cette plaque commémorative.

©(Photo: TC Media - Élaine Nicol)

HONNEUR. La Salle André-Prévost de l’École polyvalente Saint-Jérôme présente maintenant une plaque commémorative rappelant le passage marquant d’André Prévost, célèbre compositeur qui a étudié à Saint-Jérôme. Sa famille était réunie pour le dévoilement jeudi soir.

Le 10 mai 1970, l’auditorium de l’École polyvalente Saint-Jérôme prenait le nom d’André Prévost. Ce grand homme décède en 2001, mais fait parler de lui depuis. «Par sa vie, ses réalisations et sa reconnaissance internationale, il a donné raison à ceux qui ont cru en lui lorsqu’ils ont nommé la salle en son nom. Il était un jeune comme eux (élèves) et a fait ses premiers pas à Saint-Jérôme», témoigne son épouse, Lise Vézina-Prévost.

Christian, Yannick, Eugène, Yolaine, Lise, Henri, Dominique et Thérèse Prévost, membres de la famille d’André Prévost, ont présenté la plaque commémorative devant l’auditorium de l’École polyvalente Saint-Jérôme.
(Photo : TC Media - Élaine Nicol)

Son neveu, Henri Prévost, journaliste du défunt journal l’Écho du Nord durant plus de 40 ans, a rappelé qu’André Prévost était un homme humble, drôle et attachant. La Société d’Histoire de la Rivière-du-Nord raconte qu’André Prévost, fils de Jules-Édouard Prévost et d’Hermine Smith est né le 30 juillet 1934 à Hawkesbury, mais est originaire de Saint-Jérôme. Lors de l’inauguration de la salle, ce dernier aurait dit ceci: «J’accepte avec plus de simplicité ce témoignage et cet honneur en réalisant pleinement qu’il m’est donné par ma ville natale, ce pays merveilleux de mon enfance, saison de la vie à laquelle tout homme reste fidèlement attaché».

Corriger le tir

La directrice de l’École polyvalente Saint-Jérôme, Geneviève Bourdeau, a rappelé qu’en 2015, le personnel et les élèves de l’école ont été grandement secoués par de tristes événements. Deux employées sont décédées, laissant derrière elles, de beaux et profonds souvenirs. L’une d’elles était Marie-France Danis. «On est devenus une école en deuil et beaucoup d’idées pour honorer leurs mémoires ont été proposées. Parmi elles, on a pensé à nommer la salle de l’auditorium Marie-France-Danis. On a rapidement compris que cette idée divisait», soutient-elle.

Les familles Prévost et Provost ainsi que des membres de la communauté ont réagi avec tristesse à l’idée que la salle ne porterait peut-être plus le nom André-Prévost. «L’école a appris de cette expérience [..] Pour honorer la mémoire d’une personne signifiante, vaut mieux ajouter une marque que d’en retirer une autre.»

Ainsi, le nom Salle André-Prévost demeure et un café étudiant a été nommé à la mémoire de Marie-France Danis.