Sections

Les organismes communautaires veulent se faire entendre!


Publié le 27 septembre 2017

Linda Déry, coordonnatrice du ROCL.

©gracieuseté

SOCIÉTÉ. Des membres d'organismes communautaires de la région, remplissant deux autobus, se sont joints aux 3500 manifestants attendus, le 27 septembre devant l'Assemblée nationale à Québec pour dénoncer le sous-financement dans lequel le gouvernement libéral maintient les organismes communautaires et signaler les coupes et les compressions qu'il a infligées aux programmes sociaux et aux services publics.

Manon Pérusse, présidente du Regroupement des organismes communautaires famille autonome des Laurentides.
gracieuseté

Réunis autour de la campagne Engagez-vous pour le communautaire, les manifestants réclament que le gouvernement prenne des engagements envers le communautaire, mais aussi pour la justice sociale, dans ce qui sera le dernier budget avant le déclenchement des élections à l’automne 2018.

C’est un message fort que nous lançons au gouvernement. La manifestation et la chaîne humaine ne sont que le début d’une année qui s’annonce mouvementée.»

Manon Pérusse

Les groupes communautaires dénoncent les décisions budgétaires des dernières années et les injustices sociales qui en découlent. «Dégradation des services publics et des programmes sociaux, précarité, pauvreté. Qui ramasse les pots cassés quand ces services ne sont plus accessibles ? Le communautaire ! Une compression dans le réseau public se traduit toujours par une pression supplémentaire sur les organismes communautaires, a souligné Linda Déry, coordonnatrice du ROCL. Ce ne sont pas les 10 M$ mollement consentis aux groupes en santé et services sociaux et les 9 M$ aux organismes en éducation qui permettront de répondre aux besoins croissants de la population.»

Selon elle, pour que les 4 000 organismes communautaires puissent rattraper le coût de la vie après plus de 15 ans sans ou avec très peu d’indexation et pour qu’ils puissent faire face aux conséquences des politiques libérales, ce sont 475 millions de dollars de plus par année qui sont nécessaires. Elle précise que cela représente moins de 1 % du budget des dépenses des programmes du gouvernement.

À la veille du déclenchement des élections provinciales, les organismes d’action communautaire autonome du Québec veulent rappeler au gouvernement et aux partis politiques le sens de l’expression «justice sociale».

«Le surplus de 2,5 milliards s’est fait sur le dos des plus vulnérables, s’est indigné pour sa part, Manon Pérusse, présidente du Regroupement des organismes communautaires famille autonome des Laurentides. C’est indécent ! Les groupes demandent un réinvestissement massif dans notre filet social. Et, le communautaire en est une part essentielle, comme les services publics et les programmes sociaux», a ajouté Mme Pérusse qui soutient que ce réinvestissement ne peut se faire qu’en parallèle à une révision complète de la fiscalité et à une lutte contre l'évasion et l’évitement fiscal, afin d’assurer une juste répartition de la richesse.

Les membres de la campagne Engagez-vous pour le communautaire promettent d’autres actions d’ici les élections générales d’octobre 2018.