Sections

Marc Bourcier veut améliorer le soutien à domicile


Publié le 28 septembre 2017

Le député du Parti québécois, Marc Bourcier.

©TC Media – archives Élaine Nicol

SANTÉ. Le député de Saint-Jérôme, Marc Bourcier, a présenté le plan de l’opposition officielle pour les soins et le soutien à domicile, deuxième volet de son plan santé.

«Il est temps de répondre aux besoins des Québécois. La réforme Barrette et ses promesses n’ont rien amélioré pour le soutien à domicile. Occupé à fusionner les structures, à augmenter les enveloppes des médecins, à leur garantir leurs primes, le ministre Barrette a rationné le soutien à domicile. Le gouvernement a appliqué une méthode qui consiste à "donner un peu à chacun, tout en ne donnant assez à aucun», a déclaré le député.

Les objectifs du Parti québécois sont de permettre aux personnes aînées ou handicapées ainsi que celles atteintes de maladies mentales ou dégénératives de demeurer à la maison, tout en réduisant le fardeau des proches aidants, et impliquer les professionnels de la santé, les entreprises d’économie sociale et les organismes communautaires.

Le plan se déploiera en trois axes.

Logements supervisés

«Pour que les aînés puissent demeurer à la maison, il ne suffit pas de leur donner de l’argent. Il faut que leur logement soit sécuritaire et adapté à leur condition et que des personnes ressources offrent un soutien de proximité. Pour ce faire, nous devons innover, présenter des mesures concrètes, accroître les ressources à domicile, utiliser les nouvelles technologies et soutenir les initiatives existantes», a illustré Marc Bourcier qui souligne que ce service présent dans certaines régions doit être étendu, puisqu'il contribue à la sécurité des personnes âgées et à la tranquillité d'esprit de leurs proches.

«Par ailleurs, notre plan est d’appuyer le déploiement des logements supervisés. Ces logements consistent en des regroupements de locataires à qui l'on affecte un travailleur social ou une infirmière. Des solutions technologiques permettent de rendre sécuritaire l’environnement de ces personnes, tout en facilitant le travail des professionnels de la santé», a-t-il poursuivi.

Au moins 100 M$ additionnels

«Nous voulons éviter le recours aux urgences et aux hôpitaux. Le temps d’attente pour recevoir des soins à domicile peut aller jusqu’à 6, voire 12 mois. En 2014, le PLQ s’était engagé à investir 750 M$ supplémentaires sur 5 ans dans les soins à domicile. Il a brisé sa promesse dès sa première année au pouvoir. Il a investi 0 $ les deux premières années, 60 M$ la troisième, et 69 M$ cette année. Rappelons qu’il a coupé un demi-million d’heures de soutien à domicile en 2016. En conséquence, le soutien a été offert à 10 000 personnes de moins», a précisé Marc Bourcier.

«Les aînés et les personnes vivant avec un handicap doivent pouvoir vivre décemment chez eux; c’est une volonté qu’ils ont maintes fois exprimée. Nous investirons au moins 100 M$ additionnels par année pendant 5 ans. Cela permettra d’augmenter les services offerts par les auxiliaires familiaux et les professionnels de la santé», a-t-il fait savoir.

Soulager les proches aidants

«Depuis des années, rien n’a été mis en place pour soulager et soutenir les proches aidants. Selon une analyse de Statistique Canada, entre janvier et mai 2016, 95 500 Québécois ont abandonné leur emploi en raison d’obligations personnelles et familiales. Parmi eux, 73 500 femmes.

Notre plan permettra, entre autres, d’offrir 8 heures de répit par semaine à ceux qui en ont le plus besoin. Il est temps de mieux soutenir les organismes communautaires qui viennent en aide aux proches aidants», a insisté le député. «Avec un gouvernement du Parti québécois, les CHSLD ne seront plus l’unique option pour ces gens qui méritent d’avoir enfin un gouvernement à leur écoute», a conclu le député.