Sections

Les députés des Laurentides de la CAQ font leur bilan


Publié le 14 juillet 2017

La députée de la CAQ à Mirabel, Sylvie D'Amours.

©Gracieuseté

POLITIQUE. L’Assemblée nationale ayant pris sa pause estivale, c’est maintenant l’heure des bilans pour les députés des Laurentides de la Coalition Avenir Québec (CAQ).

«La force de la CAQ se résume à travailler de façon soutenue et rigoureuse les dossiers qui concernent directement le quotidien des citoyens des Laurentides», a mentionné le responsable des Laurentides et député de Deux-Montagnes, Benoit Charrette.:Les dossiers

«Il est temps qu’on remette le citoyen au centre des décisions et pour ce faire, il faut aller les écouter, ce que nous continuerons de faire cet été.»

Sylvie D’Amours

De son côté, la députée de Mirabel et porte-parole pour les familles du Québec, Sylvie D’Amours, a dénoncé le gouvernement libéral lorsqu’elle a appris que 126 millions avaient été pris dans les poches des familles utilisant les services de garderie. Mme D’Amours souligne, par ailleurs, que la CAQ a rappelé l’importance des familles tout au long de la session parlementaire et elle assure qu’ils en feront de même jusqu’au déclenchement des élections.

Quant au député de Blainville, Mario Laframboise, celui-ci dénonce l’abolition de l’affichage obligatoire des avis publics dans les journaux locaux. Rappelons que le ministre Coiteux avec son projet de loi 122 a décidé que les avis de changement de zonage ne seront plus obligatoirement publiés dans un journal local. «Les citoyens devront donc aller chercher l’information eux-mêmes sur les sites Internet des villes et des municipalités avec la complexité de ceux-ci et parfois la non-disponibilité d’accès à Internet. Le fardeau de l’information est ainsi transféré sur le dos de la population. À la CAQ, nous pensons que les villes doivent fournir l’information aux citoyens. En effet, le plus haut taux de pénétration de l’information dans les familles est encore un journal local», a déclaré le député de Blainville, Mario Laframboise.

Enfin, pour le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, les libéraux tardent dans plusieurs dossiers et il mentionne s’être assuré d’augmenter la pression dans les dernières semaines. «L’équipe de la Coalition Avenir Québec dans les Basses-Laurentides a démontré sa détermination dans l’ouverture du Centre de cancérologie Alain-Germain, à côté de l’Hôpital Saint-Eustache. Nous avons constamment talonné le gouvernement pour que nos concitoyennes et concitoyens atteints de cette maladie n’aient plus à se déplacer dans les bouchons de circulation pour suivre leurs traitements.»