Sections

La Ville et les pompiers signent la nouvelle convention collective


Publié le 28 septembre 2017

Luc Chaput, directeur du Service de la sécurité incendie, Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme, Jonathan Duchesneau, président du Syndicat des pompiers – section locale Saint-Jérôme, et derrière, Yvan Patenaude, directeur général, Marie-Ève Bessette, directrice du Service de la gestion du capital humain, Daniel Hillman, conseiller stratégique du Service de la sécurité incendie, Alain Larocque, directeur général adjoint administration, Patrick Corbeil, membre du comité de négociation et Sylvain Charbonneau, secrétaire général du Syndicat des pompiers.

©gracieuseté

SAINT-JÉRÔME. C’est en présence de Jonathan Duchesneau, président, Patrick Corbeil, membre du comité de négociation, et Sylvain Charbonneau, secrétaire général du Syndicat des pompiers du Québec, section locale Saint-Jérôme, que la Ville de Saint-Jérôme a signé, le 25 septembre, la nouvelle convention collective des pompiers, laquelle sera effective jusqu’en 2023.

«Survenant à peine un mois après la signature de la convention des cols blancs, cette nouvelle entente est un moment important pour la Ville. Nos pompiers forment un groupe d’employés précieux et je suis fier que nous soyons arrivés à nous entendre avec eux quant à leurs conditions de travail et à leur régime de retraite», a déclaré Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme.

La signature de cette convention collective est l’aboutissement de plusieurs années de négociations avec le syndicat des pompiers. Cette dernière était échue depuis 2013.

«Ce fut une négociation plutôt longue, mais le résultat s’avère satisfaisant pour notre part. Nous sommes heureux d’avoir pu régler le renouvellement de la convention collective ainsi que le régime de retraite en même temps», a mentionné Jonathan Duchesneau, président du Syndicat des pompiers de la Ville de Saint-Jérôme.

L’entente sur le régime de retraite des pompiers vient clore définitivement le chapitre de la restructuration des régimes de retraite de ses employés, conformément au régime général prévu à la Loi 15.

Les huit pompiers temporaires auront, dès décembre prochain, l’opportunité d’acquérir un statut de pompier auxiliaire, lequel leur permettra d’obtenir une garantie d’heures de travail et l’accès à des avantages sociaux. «Cette mesure nous permettra d’être plus efficaces, notamment dans la gestion des absences des employés permanents, mais aussi pour combler nos besoins de renfort en cas d’incendies majeurs», a expliqué M. Luc Chaput, directeur du Service de la sécurité incendie.