Sections

S'en parler pour mieux vivre ensemble!

Médiation Conciliation de Quartier des Laurentides


Publié le 13 septembre 2017

Sonia Devin, directrice développement communication et Carole Brideau, conciliation de Quartier des Laurentides, Unité de Quartier MRC de La Rivière-du-Nord..

©TC Media - Françoise Le Guen

SAINT-JÉRÔME. Le voisin a coupé mes arbres, la musique est trop forte?  À qui puis-je m'adresser? Le service de Médiation Conciliation de Quartier des Laurentides (MCQL) est là. Il existe depuis 1998 et grâce à un partenariat entre l'organisme et toutes les villes et municipalités de la MRC de La Rivière-du-Nord, la médiation de quartier est offerte gratuitement aux citoyens pour régler toutes sortes de situations.

Il s'agit d'un service de l'organisme Mesure alternative des Vallées du Nord (MAVN), membre de l’Association des Organismes de Justice alternative du Québec (ASSOJAQ), qui fait partie de 37 autres organismes au Québec. «Au départ, le programme s'adressait à des adolescents contrevenants. On a décidé d'offrir le service de médiation à monsieur et madame tout le monde qui vit un différend. Pour rentabiliser cette partie-là, on a mis en place des protocoles de collaboration avec les villes de la MRC de La Rivière-du-Nord», nous explique Sonia Devin, directrice développement communication. Dans la MRC, les cinq villes adhèrent au service.

Écoute et impartialité

«En majorité, les gens sont référés ici par les policiers ou la municipalité. Ce sont des gens qui vivent une situation qu'ils trouvent dérangeante. On fait une rencontre d'évaluation des besoins avec la personne et on l'écoute. On ne met jamais les gens seuls, face à face, pour commencer, ça fait partie du processus. C'est l’étape la plus importante parce que ça permet à la personne de parler au “Je” dans un temps qu'il lui est dédié, explique Carole Brideau, responsable du service de médiation. Ils ventilent, ce qui fait un bien énorme, dans le cadre d'une écoute active, et qui est impartial. Les médiatrices sont formées pour cela, faire sortir les émotions et faire que les gens ne se sentent pas jugés. La personne précise, clarifie et parfois peut changer des perceptions», ajoute-t-elle. Il est important aussi que les gens n'attendent pas que la situation s'envenime.

Autonomisation

Dans le processus standard en médiation, il est ensuite proposé, sur une base volontaire, une rencontre avec l'autre partie puis une troisième rencontre ou les deux parties sont invitées à trouver des solutions ensemble. «Notre but est de les écouter, de les faire s'exprimer et d'agrandir leur boîte à outils en communication. Souvent, après la première rencontre d'évaluation, les gens nous disent qu'ils vont retourner voir leur voisin tout seul. Ça pour nous, c'est un succès! L'autonomisation apprendre à régler, c'est notre philosophie! Ce n'est pas de faire de la prise en charge, mais d'équiper les gens. Les personnes concernées doivent s’impliquer dans la résolution et le règlement des différends», explique Carole Brideau.

Des chicanes de voisins telles que conflits interpersonnels, problèmes de bruit, d'animaux, d'intimidation, quelle que soit la problématique les gens peuvent faire appel aux  services de médiation conciliation de Quartier. En 2016-2017, 111 dossiers ont été traités et référés, entre autres, par les policiers, les municipalités, le CISSSS ou le CAVAC. Dans les Laurentides, 82,43 % des personnes qui ont reçu des services sont situées dans la MRC de La Rivière-du-Nord, majoritairement à Saint-Jérôme.

Plus d'info au 450 436-6749, www.mavn.ca/contact/ ou info@mavn.ca

Demande de services par conflits

- Voisinage: 93 %

- Quartier: 3 %

- Travail: 2 %

- Famille: 2 %

 

Demande de services par sujets de conflits

- Interpersonnel: 30 %

- Bruit: 31 %

- Territoire: 23 %

- Animaux: 9 %

- Autorité: 7 %