Sections

Des jardins libre-service à Saint-Jérôme

Incroyables comestibles


Publié le 13 juillet 2017

À l'avant, Claude Deschênes, Johanne Cadotte et Lucie Tanguay. Debout, Raymond Courtemanche, Sylvie Robert, Danielle Desjardins et Patrice Mainville des Caisses Desjardins, Jean Denis de Jardissomo, Roger Tranchemontagne et Monique Lafrance.

©(Photo: TC Media – Élaine Nicol)

COMMUNAUTÉ. Un groupe de passionnés a créé les Incroyables comestibles Rivière-du-Nord afin de rendre disponibles à la population des légumes et des fruits gratuitement.

Ainsi, grâce à une entente avec le Cégep, cinq bacs ont été installés sur les terrains du Cégep, le long de la piste cyclable et trois autres à la Coop d'@limentation Rivière-du-Nord. On y retrouve, de la laitue, du mesclun, des radis, des haricots, des betteraves, des carottes, de l'échalote, du chou-rave, du rutabaga, des fines herbes, de la roquette, etc.

Chaque semaine, une équipe de deux personnes veillent à l'entretien des bacs pour l'arrosage et le désherbage.

Partout dans Saint-Jérôme

Johanne Cadotte, porte-parole du comité des Incroyables comestibles de la Rivière-du-Nord souhaite que la Ville de Saint-Jérôme s'implique dans le projet et que des espaces soient rendus disponibles pour y planter des légumes et des fruits. «Il y a de nombreux endroits dans les espaces publics, où l'on pourrait accueillir des bacs pour y faire pousser des légumes, des herbes et des petits fruits», explique Mme Cadotte.

De plus, elle encourage les organismes communautaires à faire de même avec leurs espaces. En ce sens, l'organisme Le Rocher et la Boulangerie Garou, tout comme la Coop d'@limentation Rivière-du-Nord, ont un ou des bacs ou des espaces incroyables comestibles.

Projet citoyen

Les Incroyables comestibles est un projet citoyen et environnemental qui se réalise grâce à la participation et au soutien de citoyens, d'organismes, d'entreprises et qui est très rassembleur.

Mentionnons que les Incroyables comestibles (Incredible Edible) a vu le jour à Todmorden, en Angleterre, en 2008, en réponse à la crise économique. Le but de cette initiative était de rapprocher les gens et de faire une agriculture de proximité, tout en favorisant l’économie locale.

Depuis, plusieurs villes dans le monde ainsi qu'au Québec ont emboîté le pas.

Appui financier

Afin de réaliser le projet à Saint-Jérôme, le comité de bénévoles a reçu le soutien financier des caisses Desjardins de Saint-Antoine-des-Laurentides et de Saint-Jérôme pour un montant de 3000$. De plus, Jardissimo de Prévost offre un rabais de 50 % à l'organisme pour réaliser ses jardins.