Sections

Il retrouve son fauteuil roulant

Une valeur de 8000$


Publié le 12 juillet 2017

Jérémy Landry a retrouvé son fauteuil roulant.

©(Photo: TC Media – Élaine Nicol)

SAINT-HIPPOLYTE. Un jeune homme paraplégique, qui croyait s'être fait voler son fauteuil roulant, dimanche pendant qu'il faisait une promenade en bateau avec des amis, a retrouvé celui-ci mardi.

Un couple qui disait être passé par là avait ramassé le fauteuil roulant qu'il croyait perdu ou abandonné. Ils l'auraient pris pour éviter qu'il ne soit jeté, selon ce qu'ils ont dit aux policiers. À la suite de la médiatisation de l'événement, ils ont décidé de contacter les policiers de Laval mardi matin, soit près de deux jours plus tard. L’homme et la femme ont finalement rapporté le fauteuil roulant au poste de la Sûreté du Québec de Prévost.

«Il y a toujours une enquête dans ce dossier. Les deux personnes ont fourni leur version et de notre côté nous devons valider l'information pour déterminer s'il y a eu vol ou non», souligne le sergent Marc Tessier.

Une balade en bateau

Le résident de Saint-Hippolyte, Jérémy Landry a son bateau amarré au quai communautaire du Lac Achigan, tout près de chez lui. Comme il le fait régulièrement, il s’y est rendu dimanche après-midi avec ses amis. Lorsqu'il a été installé dans le bateau, ses amis ont camouflé le fauteuil roulant derrière de grands buissons. À son retour au quai, vers 19h, le fauteuil avait disparu.

«Je fais toujours ça lorsque je vais en bateau, je dissimule mon fauteuil dans les  buissons», souligne Jérémy. Après avoir fait des recherches durant de nombreuses minutes, le groupe s'est résigné et a contacté la police. «Je suis fâché contre ceux qui l'ont pris d'autant plus que cet accès au lac est privé», explique le jeune homme de 23 ans.

Son fauteuil est fait sur mesure pour lui, il est en carbone et titane et vaut près de 8000$. «Une chance que j'avais mon vieux fauteuil à la maison, ce qui a pu me dépanner, même si celui-ci me donne des maux de dos», ajoute Jérémy devenu paraplégique à la suite d'un accident de travail en 2011.